jeudi 26 septembre 2013

Shopping à Paname !

Ahh, les vacances...

On a dû attendre un peu cette année, mais on en a tellement profité !
Et pour les faire durer un peu plus longtemps, je vais vous les raconter en trois volets. Oui.

Il faut dire que mon Cuisto a été un Amour : il m'a offert une journée de shopping à Paris, puis nous sommes allés dire bonjour à Mickey durant deux jours à Disneyland !

- "Mais loulou, j'ai pas envie de te faire chier à faire du shopping pendant un jour entier..."
- "Oh, tu sais, le shopping ET Disneyland ça m'emmerde. Alors je me suis déjà fait une raison.
C'est TON voyage, je te suis."
Imagine mon bonheur. J'ai tellement frétillé que des étagères ont tremblé....


Le net fourmille de gifs de très bon goût pour dire je t'aime


On est donc partis en train, trèèèès tôt, et j'en ai profité pour envoyer des produits que je n'utilisais plus à des françaises (ça coûtait moins cher, la poste en Belgique coûte un bras), puis on a suivi mon ptit plan de boutiques à visiter.

A peine arrivés, on était dans l'ambiance de Paris : plein de gens à vélo, du soleil et des belles pierres, un gars qui se fait shooter la tête par deux gars (dont un avec une planche en bois), bref, on était dans le bain.
J'avais emprunté un bon reflex pour faire de jolies photos, mais j'ai vu trop tard qu'il n'y avait plus de batteries. J'ai donc UNE photo de notre virée à Paris. Chance.


C'était près des Halles

Mais question shopping, me diras-tu ?
En gros, on a traîné toute la journée dans les environs des jardins du Luxembourg et de l'île de la cité.
Après avoir pris un café, première étape : Mademoiselle Bio.
La boutique rue des Archives était tenue par une petite dame très sympathique, vendeuse et professionnelle (selon moi ces deux choses sont différentes), avec une bonne dose d'humour. Un régal, avec tous les produits alignés qu'on ne trouve pas en Belgique ! Mais vu ce qui allait suivre, je suis restée très raisonnable.

Deuxième étape : Aroma-Zone. Là, de voir la devanture mauve de loin, je suis redevenue une gosse qui sautille dans les prés. La boutique est très petite, ça m'a pas empêchée de faire n'importe quoi, de regarder, palper, sentir, vérifier ma liste, et emplir deux cabas de composants et autres flacons. Oui, DEUX.
Certaines diront que je suis encore une petite joueuse, mais la grenouille a quand même bien tremblé lors du passage en caisse. J'étais bonheur, joie, miel et chocolat, tu peux pas test.
Si vous vous rendez sur place, un conseil : vérifiez vos achats. Les stocks sont très mal rangés, et je me suis retrouvée plusieurs fois avec des ingrédients rien à voir avec ce que je voulais, et suis repartie (drâme) avec de l'huile essentielle de Cumin au lieu de Cyprès toujours vert. Grnt.

Chargés comme des baudets, on a remonté le Boulevard St Germain pour arriver à une parapharmacie rue du Four, qu'on m'avait conseillée pour ses prix.
Arrivés devant, le Cuisto est devenu pâle, a couru dehors et m'a dit d'une voix faible "Je t'attends dehors".
Pour comprendre, imagine une boutique labyrinthique, avec des allées étroites, une chaleur presque étouffante, et des gens nombreux comme un premier jour de soldes.
J'avais beau vouloir courir les Hei Poa, ma raison a vacillé devant l'entrée. Mais, n'écoutant que mon courage, j'ai foncé dans la mêlée.

J'ai dégotté le rayon monoï comme une grande, et, délaissant les autres cosmétiques vu mes tendances bio, j'ai cherché du BOP et de la percutaféïne. Et là, ce fut le drâme.

Les vendeurs sympas comme des portes de prison, à Paris, ça existe, j'en suis persuadée. Mais des vendeurs qui EN PLUS te prennent pour un gosse arriéré, j'avais encore jamais vécu ça. En boutique, je suis généralement polie et gentille. Je vous donne du s'il vous plaît même en donnant la monnaie, pardon et merci. Et pourtant, une gonzesse (qui discutait avec une autre bonne femme genre on-va-se-boire-un-verre-ce-soir-Ginette) a cru bon de me répondre, avec une jouissance suffisante et stupide dans les yeux (pas au fond des yeux, une connerie infinie y était déjà installée) : "Nan, mais vous voyez pas ?! J'ai des clients ! Je suis occupée ! Alors allez voir plus loin !"



Et moi, connasse, je suis quoi, une boîte de cassoulet ?
J'étais tellement estomaquée que je suis restée 5 secondes sans bouger, à regarder le vide et essayer de retrouver comment on fait pour respirer. Ca en plus du reste, j'ai décampé sans demander mon reste mais en passant à la caisse avant, faut pas déconner. D'ailleurs si y'a des dingues parmi vous qui y allez, je vous conseille de payer vos articles en passant par le rayon bébé, y'a moins de monde.

Bref, après cette épreuve, on a retrouvé une pote pour manger un ramen, Maham s'est pointée et on s'est bien marrés entre shopping et tapage de discute dans les jardins ou autour d'un café-caramel.

Bilan de mes razzias : quelques cosmétiques, du Hei Poa en pack, de quoi faire fondre ma graisse de cul et une liste longue comme le bras d'ingrédients et flacons pour faire mes tambouilles. Regarde comme c'est beau, j'ai tout étalé sur un foulard de grand-mère pour rattraper un peu les photos toutes pourries.
En gros, ce fut une journée riche en rebondissements, entre cosmétiques et boutiques de jeux. Le poids des sacs nous a bien crevés, mais ça nous a pas arrêtés pour babelutter jusque 2h du mat' chez les potes qui nous ont hébergés. Faut dire qu'une partie de Zombi Dices, ça tient éveillé les morts ha. ha.

Les vacances démarraient bien, et ce n'était qu'un début... La suite au prochain épisode !

2 commentaires:

  1. Oh punaise la vendeuse !!! Y avait pas une bouteille d'acide bio à proximité pour lui jeter à la tronche ? ^^ Bon allez, z'attends la zuite des zépisodes m'dame !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Acide bio, haha ! J'aurais bien voulu, mais je n'avais que mon mépris sous la main :)

      La suite arrive, je dois juste me remettre dans l'ambiance BisounoursLand (un peu dur, mais j'vais y arriver !).
      A peluche miss vous ! Des bisous ;-)

      Supprimer