dimanche 14 septembre 2014

Cure de sébum - Première semaine

[Note: La méthode que j'utilise pour ma cure de sébum est décrite ici. Je me suis (beaucoup) appuyée sur le blog de Mini, notamment avec cet article, cet autre, celui-là, celui-ci, celui-ci encore. Ça fait plus d'un an que je ne m'étais plus brossé les cheveux (sans rire) - mais vu que je les ai rasés fin mai 2013 j'en avais pas vraiment besoin, pensé-je. Voilà pour le cadre. La suite...]

Cure de sébum - Première semaine
Cure de sébum - Nouvelles du Front
Cure de sébum - La guerre avance
Cure de sébum - L'ennemi recule
Cure de sébum - Mission accomplie


Journal du Soldat Première classe Morue
4 Septembre 2014

Cette fois, ça y est. Mon supérieur m'a fait savoir que j'étais bonne pour le Front. La nouvelle m'a laissé un vide brûlant dans l'estomac. Mais bon, je peux pas faire comme si je m'en doutais pas. Des rumeurs traînaient depuis quelques jours. De la doc et des plans venaient d'arriver au QG. Même du matos avait été acheté en prévision. Du coup, difficile de faire celle qui ne s'y attendait pas.

La décision m'enchante pas, c'est clair. Ils z'ont beau dire, les huiles du dessus, que c'est pour une plus grande gloire, que ça restera dans la postérité, mais merde, c'est moi qui vais en chier. Déjà que je vais me battre pour leurs petits culs bien au chaud sans qu'ils se mouillent... Un soldat n'a pas à faire de vagues, il obéit aux ordres. Peut-être. Ça m'empêchera pas de leur faire comprendre que je le fais pas de gaité de coeur, non mais.

Je me suis rendue à la douche en essayant d'avoir le cœur léger. "Dernier lavage, aujourd'hui", m'a inutilement répété le Sergent en charge de l'endroit. Ben tiens, comme si je pouvais oublier, Ducon. Au vu de ce qui m'attendait, j'y suis restée plus longtemps que d'habitude. J'ai pris un peu trop de shampooing, probable. Pareil pour l'AS. Histoire de tenir plus longtemps avec des cheveux propres ? Avant le carnage, les rayures de graisses, les odeurs de charogne ? Chaipas. Personne ne sait vraiment à quoi s'en tenir, avant d'être les deux pieds dans le bordel. Certaines vendent du rêve, du "fais comme moi et tu t'en sortiras nickel pépère". Mouais, j'attends de voir, les cocottes.

La serviette que j'utilise d'habitude pour me sécher les cheveux avait une odeur chelou, vagues relents de terre ou de merde, annonciatrice de ce qui m'attendait à l'avenir. Rassurant. Je l'ai laissée sécher au vent et au soleil, histoire de la ravoir. Mais j'en doute. Putain, cette histoire commence déjà mal... 

Pareil pour la brosse que ces cons m'ont filée. Elle était tellement pleine de vieux cheveux et de poussière que je doute que quelqu'un l'utilisait encore. "Rappelez-vous, deux brossages et nettoyages de matos par jour, Soldat !" m'a jeté le Sergent. Je suis pas encore au front que les emmerdes pleuvent déjà. Tout le monde sait dans l'unité que je suis une tire-au-flanc ! Alors pourquoi moi, nom de dieu ? Mais je connais la réponse. Les huiles m'ont dans le collimateur.

Pour ne rien gâcher, aujourd'hui y'a un putain de beau temps. Je sens déjà la sueur qui se forme sous mon nez. Mon cuir chevelu doit tout autant apprécier ! J'espère que j'aurai le temps de faire une photo souvenir avant de devoir vérifier mon paquetage. Histoire d'avoir quelque chose à tenir contre le cœur en cas de coup dur. Et y'en aura, c'est certain.


Journal du Soldat Première classe Morue
5 Septembre 2014
Premiers brossages, premiers nettoyages.
Bon, j'avoue, je me suis facilité la vie. J'ai dealé des faveurs pour échanger mon matos qui craignait contre du bon, du neuf. Résultat des courses : un peigne en bois, un en corne et une brosse Jäneke 100% cochon.  Vu l'état nickel, c'est plus facile à entretenir. C'est toujours ça de gagné sur cette guerre.

Déjà hier soir, et ce matin au brossage, j'ai eu l'impression que j'allais avoir les cheveux tout plats. Z'auriez dû me voir, avec une crinière de lionne mal léchée. Ça fait zarbe de se coiffer après plus d'un an. Ouais, j'avais la tête rasée - c'est tellement plus simple quand on veut aller vite - mais y'a des neuneus pour dire que se masser le cuir chevelu c'est bon pour sa santé. Bah viens-zy-masser, moi je dis. J'ai rien contre les massages...

Ahem. Donc hier matin, j'avais la tête en double volume, comme Victor Frankenstein après s'être pris son putain d'éclair. Envolées mes belles anglaises. Du coup, je me suis attaché les cheveux toute la journée. Ça tombe bien, c'est ma coiffure habituelle. Le soir en enlevant ma pince, bizarrement mes cheveux étaient pas trop raides. Ils avaient perdu de l'ondulation, c'est sûr, mais pas autant que je le craignais. Par contre, ils sont doux, un truc de fou. Aucun noeud. J'aime bien.

Par contre, j'ai le cuir qui me gratte. Je crois que mon shampoo commençait à m'irriter la tête. Je me suis dit que ça tombait bien que j'arrête de l'utiliser. Mais de là à remercier les huiles qui me collent cette corvée, faut pas rêver ! A part ça, pas grand chose à signaler. Le front se rapproche, je le sens. Après même pas deux jours de la douche, si c'est pas malheureux... On verra plus tard. Là, tout ce que je peux faire, c'est arrêter de psychoter dans mon coin, et mettre toutes les chances de mon côté pour pas me faire avoir plus tard.

Je dois tenir la distance. Tenir...


Journal du Soldat Première classe Morue
6 Septembre 2014
Je pense trop à mon cuir chevelu. Du coup, ça gratte. Saleté d'effet psychologique. Mes cheveux sont de plus en plus raides, ils commencent à tenir tout seuls. Je suis inquiète. Je me rapproche de la ligne de combat, après 3 jours à peine ! Si cette histoire me permet de gagner un jour entre deux lavages, je prends, évidemment. Mais putain, je me passerais bien de faire toutes ces singeries...

Déjà, ce midi mon camarade de chambre me disait :
- "Tiens, tes cheveux ont une drôle d'odeur..."
- "Quoi, ça pue ? Fait chier...."
- "Nonon, ça pue pas ! C'est juste.. zarbe quoi."

Ouais. On va dire qu'il a raison. En tout cas, quoi qu'il arrive, je sans que demain matin je serai en plein dans le bourbier des tranchées... Ça me réjouit, tu peux pas savoir.

J'essaie de prendre soin de mon matos ; d'abord le peigne en bois, puis la brosse en cochon, le peigne en corne enfin. Je comprends pourquoi c'était si important de laver cette foutue brosse : elle suinte le gras ! Et ce gras s'étale joyeusement sur mes cheveux qui demandent tout sauf ça. Je sens que je fais une erreur en suivant les ordres. Mais je dois tenir. C'est ce que font les soldats, ils tiennent la ligne de front. On verra demain.



Journal du Soldat Première classe Morue
7 Septembre 2014
Je voulais pas y arriver. J'ai voyagé sans m'en rendre compte. Trop vite. Trop près...
Même pas eu le temps de traverser les tranchées, et me voilà en première ligne. Les bottes pleines de boue, le matos encrassé comme c'est pas permis, bref. J'ai les cheveux gras.

Bon. Faut voir le bon côté des choses ; pour le moment ça ne sent rien, comparé à hier. La cantine nous sert des repas sans viande ni produits laitiers, mais j'avoue que je fais parfois l'impasse, quand le mess est fermé. Mais bon, ça n'arrive pas trop souvent. J'ai l'impression de voir une confirmation : le jour où mes cheveux avaient une odeur, j'avais mangé du poulet...

Aujourd'hui, je me suis rincé le crâne à l'eau. J'en avais marre d'avoir les cheveux tout plats. Du coup, avec l'eau, bingo ! Retour des boucles et du volume. Ça fait du bien d'avoir une tête normale, même si mes mèches faisaient de petits paquets, comme s'ils étaient encore mouillés. J'avais la tête plus légère... 

Ma brosse est dégueu, par contre. Elle suinte le gras dès que je la touche. Je comprends mieux l'insistance sur son nettoyage régulier ! Une fois par jour, ce sera pas suffisant. Du coup, cette nuit je l'ai laissée tremper dans de l'eau chaude savonnée avec du shampoo et du bicarbonate de soude. Bien rincée, elle avait meilleure gueule. Mais vu comme mes cheveux tiennent debout tout seuls, je pourrai recommencer demain, je le sens. Fait chier.

Le brossage du soir m'a fait une sacrée surprise d'ailleurs. Déjà que mes cheveux pouvaient me faire passer pour Doc de loin, mais alors après le brossage, j'avais une de ces masses ! Un volume de fou. Zarbe. Ma tête valait le coup d'oeil, pour sûr. J'ai pris des photos souvenir, histoire de voir à quoi ça ressemblait. Bizarrement, sur les photos on ne voit pas que ma tête est grasse. C'est juste une coiffure sortie des années 80, mais à part ça, je passe incognito. Autant pour l'ennemi, qui essaie divers trucs pour m'écarter de mon but...

Le front n'aura pas ma peau. Je veux pas crever dans cette guerre, je compte sur ma chance et mon entêtement. Pour le moment, c'est chiant, mais ça passe. Et puis, quand t'as les cheveux bien attachés, tu n'y penses plus jusqu'au moment où il faut s'en occuper... Autant que ça dure. Jusqu'à demain, au moins.


Journal du Soldat Première classe Morue
9 Septembre 2014
Quand les huiles supérieures t'envoient sur plusieurs missions, c'est rude. Du coup, quand je me couche à 3h du matin, j'ai du mal à garder mon journal de bord à jour... Mais mes autres tâches sont sans importance par rapport à ma bataille contre le gras.

J'ai la tête de plus en plus plate, avec mes cheveux plaqués en arrière. A cause des brossages intensifs, c'est clair, mais aussi et surtout à cause du sébum qui se répand sur toute ma tignasse, petit à petit. Pour le moment les pointes sont encore épargnées, mais je suppute que ça ne durera pas.

J'ai des soucis avec ma brosse. Du mal à la nettoyer correctement. C'est que c'est plein de poils, cette chose, et j'ai pas envie de l'abîmer. Ça m'empêche pas de passer un peigne comme une forcenée entre les poils, histoire de tout enlever. Mais y'a toujours des petits bouts de poussière qui restent. Quand je vois l'état de ma brosse, j'ose pas imaginer l'état de mes cheveux. Et de fait, après chaque brossage, les poils de cochon sont aussi sales que s'ils étaient encore sur la bête. Un truc de dingue.

Toujours pas d'odeur à l'horizon, en tout cas. C'est un gros point positif, vu les témoignages que j'avais lus concernant les missions précédentes.

Quoi qu'il en soit, je continue. Je rampe dans les tranchées, mais jusqu'à présent j'ai su éviter les pièges de l'ennemi. J'ose espérer voir le bout de cette folie. Mon dieu, dire que ça fait même pas une semaine... Tenir, tenir, tenir. J'y arriverai.


Journal du Soldat Première classe Morue
10 Septembre 2014
Une semaine. Ça fait une semaine. J'ai l'impression que ça fait un mois. C'est pas tant le fait de me balader avec la tête dégueu de gras qui me pèse le plus, mais de savoir que demain, en passant sous la douche, je me laverai toujours pas les cheveux. Psychologiquement, ce geste me manque.

D'un autre côté, c'est seulement aujourd'hui que ça se voyait de loin que je me lave plus les cheveux. Avant, aller au turbin, sortir de ma piaule ne me posait pas de problème. Un bon brossage en arrière, un bon chignon bien fait avec une jolie pince, et le tour était joué. Bon, aujourd'hui, c'était limite, j'avoue. Mais vu que mes cheveux ne sentent toujours rien, je peux faire genre "j'ai mis du gel, toi même tu sais". Genre.

Enfin, d'un autre côté, personne me fait de remarque, pas même mon camarade de chambrée. Vu que c'est moi qui suis de corvée linge, je vais en profiter pour les changer plus tôt que prévu. Mais bon, c'est histoire de dire, parce que, franchement, je vois pas trop de dégâts de ce point de vue-là non plus.

Par contre, je sens que je vais repasser ma tête sous l'eau demain. J'en ai marre d'avoir les cheveux plats. Même si c'est pour les rebrosser juste après, mais là j'ai envie d'avoir un peu de changement dans ma lutte contre le gras.

Mes pointes ne sont toujours pas graisseuses. Est-ce que mes racines ne sont plus grasses ? Je sais pas. Faut que je demande à mon collègue de lit. On verra demain, là il est tard.

Rapport du Docteur en recherche général Belbutrine
- Mission Cure de sébum -
Sujet : Soldate Morue, première classe

Cette première semaine a bien commencé.
Malgré quelques ratés, le sujet a fini par maîtriser ses outils, et utilise la brosse et les peignes de manière relativement optimale. Par essai-erreur, le sujet a fini par trouver sa routine, et l'a faite évoluer selon la situation. Une fois la ligne de front dépassée, la méthode était la suivante :

- brossage avec le peigne en bois (étape relativement facultative, les cheveux du sujet étant bien démêlés même à la fin de la journée)
- brossage avec la brosse en poils de sanglier, tête en bas, puis mouvements de tête (headbang) pour brosser les cheveux tête en haut,
- brossage avec le peigne en corne
- attachement des cheveux, avec un élastique au début, une pince au final

Le sujet passe par des émotions contradictoires, et il nous faut noter l'influence non négligeable du mental du sujet sur sa mission. Par contre, le sujet maîtrise mieux les désagréments physiques (odeur, gratouilles) lorsqu'un tiers le rassure.

Conclusion : nous continuons l'expérience pendant une semaine encore, voire plus. Les cheveux du sujet, à l'heure où j'écris ce rapport, sont dans un tel état que nous pensons qu'il serait dommage d'arrêter l'expérience. Le temps nous donnera des réponses, il faut passer un palier que nous analysons en ce moment. Nous aurons prochainement des réponses, selon l'évolution de la situation - que nous avons bien en main. 

Bien à vous,
Général Belbutrine.

4 commentaires:

  1. hé psiiiiiiit, la morue, t'avais raison !!! Je viens d'apprendre que les huiles m'ont pris en traitre !!!

    Ils savaient que je préferais me faire fusiller pour avoir déserter plutot que d'aller au front. Et devine qui en mission henné a été 3 semaines au front la dernière fois et en est à 2 semaines là ?
    La dernière fois ça m'avait pas inquiétée, on s'était pas arrêté, on avait campé un jour à droite, deux jours à gauche ...
    Là la tranché est creusée, j'ai sorti mon packaging, bien qu'avec tout ce qui m'ont mit en tête avec cette histoire du henné seule le peigne en bois et en corne sont utilisé, ma brosse en sanglier est impec de 2 semaines. Mais je me doute bien que ça sera pas que pour 2 jours cette fois ci ! A croire que la mission précédente était du repérage pour celle ci .... Parce que d'emblée on est venu s'installer ici et on a jamais décollé.

    Par contre la tranché n'a de front que le nom ! On est loin des combats, loin du gras. A priori les deux semaines restantes seront pépères .... Mais bon, j'ai déjà été dans la mêlée et je sais qu'on reste assez près des combats, quoi que ça paraisse calme pour le moment. Peut être se croisera t on ???

    En tout cas tu avais raison, les huiles m'ont eu. En traitre, mais elles m'ont eu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, les huiles, ces (censuré) !!

      J'espère que ta mission se déroule bien, pépètte ! N'oublie pas, sois forte, et l'ennemi sera bientôt en recul face à ta volonté !!
      Faire une cure de sébum avec de très longs cheveux, c'est quand même la classe. Respect, madame ! :-)

      Supprimer
  2. Je viens de terminer ma cure d'un mois et je suis totalement satisfaite, j'ai écrit un article dessus :) : http://onestlaa.blogspot.com/2014/11/cure-de-sebum-pour-les-cheveux-est-t.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as des cheveux teeeellement longs !! Ce doit être un bonheur ! Pas trop pénible, la cure avec ces longueurs ?

      Merci d'être passée par ici miss ! :)

      Supprimer